Conférence-débat : "La longue patience du peuple. 1792 : Naissance de la République"

vendredi 6 mars 2015
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 24%

L’Université Populaire de Toulouse, Espace Marx, les Amis du Monde Diplomatique et ATTAC vous invitent à participer à participer à la conférence-débat de l’historienne de la Révolution Sophie Wahnich sur "La Longue patience du peuple" (1792 : Naissance de la République) le mardi 7 avril 2015 à 20h30 à la Bourse du travail (place St Sernin – Toulouse).

A l’heure où tous les ténors politiciens s’en réclament, il semble important de s’interroger sur le concept de "peuple" ? Est-ce le peuple politique (le démos) ou le peuple identitaire (l’ethnos) ? Si la Grèce nous a fourni des outils pour penser la démocratie, c’est au cœur de la Révolution française qu’est née une nouvelle conception de la démocratie avec la "Déclaration des droits de l’homme et du citoyen". Allons-nous nous contenter de simulacres comme cette actuelle démocratie représentative qui rend inaudible la voix du peuple, une voix dont il a été dépossédé ?
Loin d’un François Furet qui s’ingénie à faire de notre Révolution un "objet froid", la tâche que se fixe Sophie Wahnich est de "donner à voir" et à comprendre l’effervescence révolutionnaire qui, dans un temps bousculé, invente de nouvelles réponses pour continuer à bâtir un futur conforme aux espérances.
A l’heure où Syriza doit manœuvrer pour éviter de tomber sous les mauvais coups de la Troïka, comment le "peuple" grec peut-il maintenir le cap de ses aspirations sans s’essouffler, tout en écartant les solutions extrémistes des loups bruns aux aguets (Aube dorée) ? Comme ceux de 89, les grecs "doivent constamment reconfigurer leurs expériences dans le bougé des situations" (Sophie Wahnich, La longue patience du peuple)
C’est dire que le politique est le lieu où doivent pouvoir se jouer et se résoudre les contradictions au sein du peuple. Ce politique n’est pas le lieu théâtral où les citoyens seraient des spectateurs passifs d’une politique régie par des représentants élus, qui exprimeraient les voix contradictoires du pouvoir souverain.
Ces voix, Sophie Wahnich s’en empare pour en faire une clameur, celle d’un opéra : pour donner à entendre cette séquence historique (1792) souvent oubliée – et pour cause ! – séquence, qui est celle de "l’insistance décisive [du peuple] à obtenir des lois qui consacrent sa souveraineté".

Sophie Wahnich, chercheure au TRAM-CNRS, a publié "L’impossible citoyen, l’étranger dans le discours de la Révolution" (1997), "la liberté ou la mort, essai sur la terreur et le terrorisme" (2003).