Conférence -débat : " Fralibres ! 1336 jours de luttes "

De Fralib à la création de Scop ti :Société Coopérative Ouvrière Provençale de Thé et Infusions
lundi 26 septembre 2016
par  Universite Populaire Toulouse
popularité : 17%

Le mardi 11 octobre au Bijou à 20h30 l’Université Populaire Toulouse et la Fondation Copernic invitent des Coopérateurs de SCOP-TI, membres de l’Association FRALIBERTHE .
Ils sont les ex-Fralib. Ils sont désormais les Scop-TI (Société de coopération ouvrière provençale de thés et infusions).
Aujourd’hui grâce à ce projet , non seulement ils ont sauvé leurs emplois mais ils en créent à nouveau.
Et dès 17h00 square Charles De Gaulle GRANDE DEGUSTATION DE THE !
Venez découvrir leurs produits de haute qualité certifiés bio et commercialisés uniquement dans des filières alternatives !.
Cet événement sera l’occasion également de rencontrer des salarié e s toulousain s en lutte, comme ceux de Latécoère
Au menu de la soirée au Bijou ,la genèse de SCOP TI , le contexte social actuel ,la question des luttes sociales, la question de la coopérative et des propositions d’un modèle économique et politique alternatif.quelle organisation du travail dans une scop, comment mener le défi de la rentabilité,quelle politique salariale etc........?
Autant de questions qui illustrent le combat des Fralib et l’expérience Scop Ti
En toile de fond une autre question , ces expériences sont-elles envisageables dans toutes les entreprises qui se retrouveraient dans la même situation ?

1336. C’est le nombre exact de jours qu’aura duré la lutte du pot de thé contre le pot de fer, selon l’expression des journalistes à l’époque. D’un côté, le groupe Unilever, géant de l’agroalimentaire, détenteur de nombre de grandes marques dont les consommateurs sont familiers. De l’autre, les « Fralib », 182 salariés menacés par la relocalisation à Katowice, en Pologne, de leur activité. Pourquoi ? Pour les sempiternels problèmes de « compétitivité », qui semble être le mal du siècle tant on en entend parler, partout en France, en ce début 2010. L’usine Fralib, qui produit et conditionne les thés et infusions Lipton et Éléphant à Gémenos, est pointée du doigt par Unilever : pas assez rentable. Les salariés et leurs familles sont censés accepter leur sort : un chèque, un reclassement quelconque dans une des usines du groupe.

JPEG - 273.1 ko

On ira jusqu’à leur proposer des postes en Pologne, pour des salaires de misère. Mais, au grand dam des patrons de Fralib et d’Unilever, ce n’est pas ainsi que l’entendent les salariés et leurs représentants syndicaux. Au fil de multiples actions, ils démontreront que le site est viable, mettront à jour les magouilles en tous genres d’Unilever. Et proposeront un projet alternatif pour refaire vivre des productions locales. La lutte sera longue, éprouvante – et victorieuse. Elle vous est narrée ici au jour le jour, avec précision, sans gloriole ni pathos, par ceux qui l’ont menée, c’est-à-dire, tous. Che Guevara, qui en fut l’emblème, disait que la patience est la première vertu du révolutionnaire. Preuve en est faite ici, dans cet ouvrage qui fait écho à sa devise : « Jusqu’à la victoire, toujours ! »


Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930