Vers un front uni intégral. Quelques axes stratégiques pour un laboratoire du communisme

dimanche 24 juin 2018
par  Marsanay
popularité : 3%

Comment penser l’organisation ? Qu’on le veuille ou non, cette question reste centrale dans les luttes actuelles, et nul doute qu’elle en est l’une des pierres d’achoppement. Là où Marx ne nous a légué en la matière qu’une aporie, et où le modèle léniniste ne semble plus avoir d’autre fonction que de cristalliser des oppositions figées, Panagiotis Sotiris s’attache ici à ressaisir l’organisation à la lumière des conditions de formation d’une « intellectualité de masse ». Puisant ses racines chez Lukács, relancé au cours des dernières décennies, par Badiou et Rancière notamment, c’est néanmoins chez Gramsci que ce problème aura trouvé son expression la plus complète. Car la dialectique gramscienne ne vise pas seulement à se prémunir de la sclérose bureaucratique et à la dépossession des masses, mais aussi à défendre une conception du parti comme « laboratoire intellectuel » intégrant une multiplicité de pratiques et de collectifs ; un parti envisagé comme le lieu de production d’une pluralité de savoirs et, sur leur base, d’expérimentation de stratégies et de tactiques révolutionnaires hétérogènes. À l’État intégral comme arme de la bourgeoisie, Gramsci nous invite à opposer ce que Sotiris nomme un Front Uni intégral, seul à même d’assurer l’autonomie des classes subalternes, l’affirmation de leur pouvoir d’auto-organisation, sans lesquelles elles ne sauraient prétendre à l’hégémonie. Loin d’être derrière nous, cette tâche demeure plus que jamais la nôtre.

«