Lettre ouverte à Jean-Luc Gibelin

lundi 18 septembre 2017
par  Marsanay
popularité : 2%

Jean Paul DAMAGGIO représentant l’association Alternative à la LGV a réagi à l’article de Jean Luc GIBELIN, publiée dans la lettre des éludes élu—ee—s affiliés affilié—ee—s à l’ANECR du groupe Nouveau Monde En Commun

Lettre ouverte à Jean-Luc Gibelin

Dans une lettre des élu-e-s affilié-e-s à l’ANECR vous faites le point sur la question des transports dans la région.
Je note dès le début cette phrase : "le débat existe concernant la partie entre ces deux extrémités [Sud Bordeaux et Nord Toulouse] entre une ligne nouvelle et le réaménagement de la ligne actuelle... ce n’est pas l’objet de cet article, nous pourrons à l’occasion y revenir."
1-Expulser la question de la LGV au profit de la défense des trains du quotidien est dans votre discours une méthode éprouvée. Or 20 ans d’histoire démontre que le TOUT LGV est l’assassin permanent du train du quotidien.
2-Et pour l’expliquer il faudrait pointer le montant des investissements pour Sud Bordeaux et Nord Toulouse par rapport à la dite LGV ! Pour 1,5 milliard d’un côté il en faut 9 de l’autre !
3-La LGV Bordeaux-Toulouse prend l’eau mais il faut aussi faire Montpellier Perpignan à cause d’un pont et de deux projets inutiles aux gares de Montpellier et Béziers. Encore si on invoquait le réchauffement climatique qui causera lui des effets sur la ligne actuelle !
4-Pourquoi ne pas invoquer le tronçon Toulouse-Narbonne afin d’en ajouter encore et encore sur la grande vitesse !
5- "Concernant les trains du quotidien, l’Etat se moque de nous en faisant ce parallèle." Bien sûr qu’il se moque des Régions qui ont la compétence des trains du quotidien mais pas celle de la grande vitesse, et qui pourtant sont prêtes à mettre des milliards sur la grande vitesse plutôt que sur le train du quotidien !
6- "Sncf Réseau sur ordre de l’Etat se montre peu engagé dans les chantiers de réouverture des six lignes décidées dans le cadre des États généraux du rail et de la mobilité tenus l’année dernière." SNCF réseau travaille toujours sur ordre de l’Etat, y compris la SNCF quand l’Etat décide du nombre de trains à faire circuler sur Tours-Bordeaux ! Nous pouvons être d’accord pour combattre cette politique de l’Etat qui en effet, si elle mettait la pédale douce sur la grande vitesse (rien n’est sûr) n’en déduirait pas forcément d’aider le train du quotidien. Quant aux six lignes à rouvrir, elles furent offertes en période de Noël à ceux qui croient au père Noël ! D’ailleurs où en sont les négociations sur le CPER ?
7-Et enfin puisque pas une fois n’est évoquée la question financière comment défendre des dépenses de la Région pour une ingéniérie financière en quête de financements pour la LGV, dépense que vous avez voté ? Car si on demande à un des plus puissants privés (Ernst and Young) de chercher de l’argent c’est pour aller vers une société de projet qui est l’équivalent financier d’un PPP ! Nous somme d’ailleurs sans nouvelle !
8 -Et dernier point : Pendant les Etats généraux la Région ne devait pas récupérer la gestion de lignes intercités ce qui n’est plus le cas dans des conditions certes temporaires mais réelles.
Pour l’association Alternative LGV Midi-Pyrénées J-P Damaggio


Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031